La danse des signes, compagnie de théâtre visuel

Avec « Les survivants », Lucie Lataste et ses comédiens signent une adaptation visuelle saisissante des mots de Boris Vian.

AfficheSurvivantsAu début, des mots s’affichent sur le fond de la scène : les poèmes de Boris Vian, « Terre lune », « Donne donne donne » « Le temps de vivre », « J’voudrais pas crever »… Ils disent la valeur de la vie à protéger, ils parlent de la prison de l’exclusion et prônent la liberté et la rage de vivre.

Puis très vite nos yeux se détachent des mots pour aller vers les six comédiens. Ils bougent en rythme dans un silence total. Leurs mains disent les mots du poème, leurs visages et leurs corps aussi. Ils semblent reliés entre eux par une vibration commune. Le silence est chargé d’intensité, les mots deviennent des images et tout leur sens et leur force se saisit sans y penser.

L’émotion est là dès les premières minutes. Le silence rend notre intensité visuelle plus forte, les corps nous parlent, le temps semble plus lent mais plus habité. C’est une expérience sensorielle forte.

  • Lucie Lataste

La compagnie « Danse des Signes » est née à Toulouse. A l’origine : Lucie Lataste, une jeune femme au sourire rayonnant.

 » Depuis toujours j’ai fait de la danse et du théâtre. J’ai rencontré une amie sourde à l’age de 15 ans, j’ai commencé à signer avec elle.
J’ai travaillé très jeune dans des ateliers et des lieux de formation artistique, et, ce que je sais aujourd’hui, c’est que, dans ma façon de danser et dans mon jeu de comédienne, le théâtre visuel et la « danse des signes » étaient déjà là.  »
Lucie est bien entendu passée par l’incoutournable IVT (International Visual Theater – Paris) pour perfectionner sa langue des signes mais aussi en tant que comédienne parlante et signante.
 » A Toulouse, j’ai expérimenté dans des laboratoires de recherche en danse des signes que j’ai proposé aux sourds durant cinq ans avec l’association Act’s. J’y ai mesuré toute la richesse du lien d’un travail entre le signe et le rythme. La pièce « Les survivants » est née de ces expériences. La chorégraphie et les mouvements sont issus d’un travail collectif avec les comédiens sourds.
Aujourd’hui, pour moi, la présence de la langue des signes est évidente dans l’univers du théâtre. »

Ne manquez pas Lucie et ses comédiens, écoutez les vous dire encore la rage de vivre avec les très beaux poèmes de Boris Vian.

Les Survivants

Cie Danse des Signes
Avec Céline Brenelière, Ariane Cousin, Martin Cros, Vivien Fontvieille,
Julia Pelhate, Brigitte Vivet

Texte : Boris Vian
Chorégraphie : Lucie Lataste en collaboration avec les acteurs
Création lumière : Gilles Hachani

Le 10 novembre au Parvis des Arts à Marseille

Le 19 au 23 février au Théâtre du Grand Rond à Toulouse

 » Il respirait l’odeur des arbres
Avec son corps comme une forge
La lumière l’accompagnait
Et lui faisait danser son ombre. «  Le temps de Vivre – B. Vian (1954)
Photos : © Marcan Chareyre et Cie Danse des Signes.

Publicités

4 Commentaires

  1. eolis

    A quand les Survivants sur Paris? cet article donne tellement envie d’aller découvrir ce spectacle

  2. LEGER Pascal

    Super projet !!!!!!!! C est ou a Marseille ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.

%d blogueurs aiment cette page :